Carrières sans frontières

Depuis plusieurs années, le CPIE Sèvre et Bocage mène des expertises naturalistes dans les carrières. Ces suivis de biodiversité se font dans des contextes différents : en phase d’exploitation, dans le cadre de renouvellements d’autorisation d’exploitation ou de demandes de modification... Pourquoi ces milieux, quelles espèces peut-on y observer et comment procédons-nous ? Explications. 

Contact

Pourquoi ces milieux ?

 

Sans cesse en activité, les carrières ne sont à priori pas les sites le plus propices pour y observer et étudier la biodiversité : écosystème d’origine totalement bouleversé, bruit et poussières, passage de véhicules, tirs de mine, espaces sans cesse renouvelés et remodelés par l’exploitation, …  
Pourtant, , grâce à leurs conditions bien spécifiques, les carrières constituent des milieux très particuliers où il est ainsi possible d’y rencontrer des espèces floristiques et faunistiques dont certaines emblématiques, parfois rares. Entre autres, les sites d’exploitation offrent la possibilité à des milieux pionniers, temporaires et oligotrophes*, d’exister. 

Quelles espèces peut-on y observer ?



 On peut y apercevoir : 
Des oiseaux comme le Rougequeue noir ou les faucons, qui profitent des roches mises à nues pour  nicher ou encore le Petit gravelot qui recherche les sols nus des zones en eau,
Des plantes aquatiques comme les Characées, 
Des amphibiens, et plus spécifiquement l’Alyte accoucheur, 
Des libellules dont l’Oxygastre de curtis, espèce protégée, qui s’observent dans les plans d’eau ou flaques temporaires
Une végétation pionnière qui s’installe sur les anciens paliers
mais aussi des reptiles, criquets, papillons, mammifères qui en n’ont que faire des barrières ! De jour comme de nuit, chevreuils, blaireaux, sangliers, renards, martes, loutres, et même castors ne se privent pas pour y passer. 



    
 Cétoine doréBlackstonie perfoliée Gravelot Marte des pins
    
 Vipère péliade Alyte accoucheur Crapaud épineuxEpipactis des marais



Comment procédons-nous ? 

 

Les études de terrain en carrière consistent à rechercher les oiseaux potentiellement nicheurs, à effectuer des relevés botanique et des descriptions des habitats, des prospections autour des sites aquatiques pour détecter la présence d’amphibiens ou encore odonates, la pose d’enregistreurs pour détecter la présence de chauves-souris, des pièges photos pour les autres mammifères en complément de recherches d’empreintes, crottiers, … et toutes autres prospections à vue aidé de filet, nappe de battage pour les insectes. 
Ces suivis sont importants car les carrières ne sont évidemment pas déconnectées du reste de l’environnement qui les entoure : boisement, praires, cours d’eau et autres, d’où la nécessité d’y réaliser des inventaires, bases d’un diagnostic écologique qui permettra ensuite d’accompagner au mieux les exploitants dans la prise en compte de la faune et flore présentes sur leur site d’exploitation. 


*Oligothrophe : pauvre en éléments nutritifs

 

CPIE Sèvre et Bocage

Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement 
Maison de la Vie Rurale
La Flocellière
85700 SEVREMONT

02 51 57 77 14
contact@cpie-sevre-bocage.com
  • Contact Carrières sans frontières

  • Nom
  • Email
  • Structure
  •