La passionnante vie du sol

Savez-vous que l’endroit où il y a probablement le plus de vie sur Terre est simplement là, juste sous nos pieds, dans le sol ? Mais seulement 1% de ce qui s’y trouve a pu être identifié jusqu'à aujourd'hui. Alors avant de ressortir vos bottes et outils de jardinage, allons-voir de plus près dans quoi nous mettons les mains !

Des chiffres qui donnent le vertige !

1000 ans environ sont nécessaires à la formation d'un seul centimètre de sol. Autant dire que sa dégradation est irrécupérable à l’échelle d’une vie humaine. Malgré tout, 11 hectares sont perdus chaque heure en Europe, soit 15 terrains de foot, principalement en raison de l’urbanisation galopante !


150 grammes : c'est la masse moyenne de tous les animaux vivant dans un mètre carré de sol de prairie,  soit 260 millions d'individus par mètre carré. À titre d’exemple : 50 espèces de nématodes ont été dénombrées dans une seule crotte de mille-pattes longue de 2 mm. 


La plupart des organismes se retrouvent dans les 20 premiers centimètres du sol où les concentrations en matière organique et en racines sont les plus élevées.


9 tonnes de feuilles mortes par hectare et par an sont incorporées par les vers de terre dans un sol forestier.


2 tonnes de vers de terre vivent sous une prairie d’1 hectare, soit 200 vers de terre par mètre carré.


20 000 mégatonnes de carbone peuvent être séquestrés par le sol en l'espace de 25 ans. Pour information une mégatonne équivaut à 1 million de tonnes. 


Une méga-cité sous nos pieds

Sur le sol, dans la litière et dans la terre, se croisent et s’entremêlent des êtres vivants avec 0 patte, 4 pattes, 6 pattes, 14 pattes et beaucoup de pattes ! 


Mycélium

Champignons et bactéries

 

Il y a d’abord les champignons et bactéries, essentiels, car ils aident les plantes à capter l’azote de l’air et participent à la décomposition de la litière. 


Limace léopard


 

Vers de terre et limaces


Les vers de terre et les limaces sont bien connus. Si les premiers sont appréciés, encore faut-il les respecter ! En effet, les vers de terre n’aiment guère les sols retournés, remués, bêchés et mis à nu qui s’assèchent trop vite à leur goût.

Quant aux limaces, il est possible de les voir comme des auxiliaires. Leur régime alimentaire est constitué de végétaux en décomposition. Si elles se tournent vers les jeunes pousses c'est qu'elles n’ont plus rien d’autre à manger. En déposant directement vos épluchures sur le sol, vous devriez réussir à détourner leur attention et sauver vos salades. Pour la petite info, on compte 25 espèces de limaces en Vendée dont les plus connues sont la Limace rouge, Arion rufus et la Limace Léopard Limax maximus. 


 

Collembole

 

Les collemboles

 

Avec leur drôle de tête, leur corps allongé ou globuleux, les collemboles sont très présents dans les sols. Ces décomposeurs de très petites tailles (de l’ordre du millimètre) régulent également les populations de champignons et les bactéries tout en participant au transport et à la dissémination de spores de champignons microscopiques essentiels aux différentes symbioses.
 
Araignée
 

Les prédateurs


Pour mettre un peu d’ordre dans tout ça, quelques prédateurs à 8 pattes se régalent de cette vie foisonnante. Il y a des araignées et des pseudoscorpions de 2-3 mm vivant à la surface du sol, ainsi que des opilions et des acariens.


Pour compléter le recensement de la population de cette méga-cité, ajoutez les cloportes qui décomposent les parties tendres des feuilles mortes, les « milles-pattes » comme les gloméris, lithobies, scolopendres, scutigères dont nous avons déjà parlé. Sans oublier les taupes, blaireaux, crapauds et salamandres vivant en permanence ou ponctuellement dans le sol. 

Bref, avec tout ce joli monde, possible que vous ne vous sentiez plus vraiment seul au jardin 😊 

L’avenir est dans le sol !

S’intéresser à ce qui vit dans le sol, c’est comme commencer à identifier les étoiles : cela peut prendre toute une vie. Si vous souhaitez observer certaines espèces, vous pouvez déjà vous amuser à réaliser un appareil de Berlèse. Des modèles sont disponibles sur internet.

Saviez-vous également que les sols sont de véritables laboratoires en pleine nature offrant de nombreuses possibilités pour le traitement de certaines maladies ! Avec ces milliards de bactéries au mètre carré qui interagissent entre elles, il y a de quoi s’inspirer pour trouver de nouveaux antibiotiques ou traitements contre les cancers, comme l’actinomycine utilisée en chimiothérapie ou encore la streptomycine, antibiotique utilisé entre autres dans certains cas de tuberculose ou de peste.

Il serait donc dommage d’aseptiser ce lieu plein de ressources !

Photos : Anne Lise Charpentier

 

CPIE Sèvre et Bocage

Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement 
Maison de la Vie Rurale
La Flocellière
85700 SEVREMONT

02 51 57 77 14
contact@cpie-sevre-bocage.com
  • CONTACT

  • Nom
  • Email
  • Structure
  •